26 octobre 2016 3 26 /10 /octobre /2016 16:48

Les visites PASSION’NANTES

Jeudi 13 octobre 2016

§§§§§§

« La Cathédrale de Nantes »

Répartis en 3 groupes, le matin et le soir, les amis nantais ont pu découvrir des richesses moins connues de notre patrimoine sacré dans notre belle cathédrale de Nantes.

1. Le Grand Orgue

Présenté par son titulaire, Mickaël Durand, le Grand Orgue en impose par son ancienneté, les proportions des Buffets, son élévation au-dessus de la nef, sa puissance sonore avec 71 jeux, la finesse des Jeux Cliquot, notamment des trompettes. On retrouve trace du premier corps de buffet avec 3 tourelles en 1619 avec 27 jeux et 2 claviers. Puis, après plusieurs interventions de réfection et d’ajouts de jeux durant le XVII et XVIII siècles notamment par Adrien Lépine, François-Henri Cliquot, Facteur du Roy, refait l’orgue livré en 1784 avec 52 jeux et 4 claviers.

A la Révolution, il est sauvé de la destruction par son organiste Joubert. Merklin,. Debierre, Beuchet et Renaud  assurent successivement son entretien. Après la présentation de son historique, Mickaël Durand présente différents Jeux remarquables avec des illustrations sonores. Il présente l’avantage d’un »Combinateur » qui permet une programmation électronique des jeux facilitant le jeu de l’organiste. Il conduit ensuite ses visiteurs près du buffet du Grand Orgue pour découvrir la forêt de tuyaux, aux formes,  dimensions et matières diverses, ainsi que les éléments du sommier.

2. L’Orgue de Chœur

Jacques Charron retrace brièvement l’historique de l’orgue depuis son origine au III s. av. J.C. jusqu’à nos jours. Il présente ensuite l’Orgue de Chœur Louis Debierre de 1896 avec ses 27 jeux, plus important orgue de chœur de France et premier orgue à transmission électrique. Il présente les différents ensembles constituant un orgue : La Console avec ses claviers, son pédalier, la traction, la mécanique et la soufflerie, l’esthétique du buffet, enfin les Jeux. Il décrit les différentes familles de Jeux : Les jeux à Bouche (les Fonds et les Mutations) et les jeux à Anche (Trompettes, Hautbois, Clarinette). Enfin il évoque les différentes esthétiques sonores à travers les siècles : Classique, Romantique, puis Néoclassique. Il souligne enfin l’apport considérable de Cavaillé-Coll dans la facture des orgues du XIX s. et toutes ses innovations qui révolutionneront la pratique  de l’instrument.  

Pour clore la présentation des 2 instruments, Mickaël Durand sur le Grand Orgue et Jacques Charron à l’orgue de Chœur, jouent en duo les 2 premiers mouvements de la Suite Gothique pour Grand Orgue de Léon Boellmann datant de 1895.

3. La crypte

La crypte n’est ouverte que l’été. Mais pour cette journée, Le Père Champenois, Recteur de la Cathédrale, nous en a permis l’accès. Sous l’autorité et avec les commentaires de Ghislain de la Gatinais ; les membres de Passion Nantes découvrent ces lieux.

Dans la crypte inférieure, un intéressant panorama nous relate l’histoire des trois cathédrales qui ont été érigées à Nantes

Une première cathédrale datée du VI siècle est attestée par une lettre de l’évêque Fortunat de Poitiers en 582. Elle fût notamment le siège de l’évêque Félix. On sait que le dôme était recouvert de cuivre et d’étain. Peut être pour ces raisons en attira t elle la convoitise des vikings qui la ruinèrent?De ce premier monument il n’en reste rien hormis quelques pierres encore visibles au Musée Dobrée

Une seconde cathédrale, de style roman, fut érigée à partir de 1099. Les fouilles de 1848 ont permis de dégager des colonnes du transept et du chœur et celles-ci sont bien visibles à leur place, dans la crypte supérieure.

La première pierre de la cathédrale actuelle a été posée par Jean V duc de Bretagne en 1434.  Est-elle achevée ?  Oui peut être avec l’érection du chœur au XIX. Mais de dramatiques évènements ont remis sans cesse les bâtisseurs à l’œuvre :

Les bombardements alliés de 1944 qui virent  partir en fumée le presbytère, les archives et le trésor dont il ne reste que de rares pièces.  Puis le dramatique incendie du 28 janvier 1972 qui aurait pu voir la voute s’effondrer, sans l’adresse des pompiers

Mais on sait bien que quand on possède une aussi belle cathédrale on n’est pas prêt d’en voir les échafaudages disparaître. Ils sont là depuis 1500 ans.

La dessus le premier groupe se dirigeait vers le restaurant «Le Gastronome » en face du château où nous attendait le groupe de l’après midi.

Excellent déjeuner et aussi le plaisir d’accueillir Alain Faré nouvel adhérent à Passion Nantes.

 

 

 

 

 

Published by Passion'Nantes

Agenda des prochaines visites

mardi 07 mar 2017: Pornic

jeudi 11 mai 2017 : Saumur Cadre Noir

jeudi 08 juin 2017 : Lohéac musée automobile

mardi 10 oct 2017:  Les Pépinières de l'Erdre

mardi 14 nov 2017: L'opération Chariot (St Nazaire)

 

 

 

Visites : réponse aux invitations