8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 19:32

 

 

 
 

10H    Première sortie  et rencontre des membres

 


25 personnes se retrouvent devant le Jardin des Plantes. La remise des badges permet de mettre un nom sur un visage parfois connu mais sans réussir totalement l'identification... (Ah, c'est lui!). La majorité se connait plus ou moins. Tous fréquentent un peu les mêmes lieux, Tous ont en commun de dépasser la cinquantaine et tous sont impatients de découvrir des lieux inconnus et d'avoir des précisions sur Nantes.

       
 
 
 photos avril
   

Notre guide, Ghislain de la Gatinais, à la voix de stentor, a su détailler les nombreux événements historiques successifs.

 
 

  Le  petit tour du jardin 

               
   

 
     

   A l'origine - 1688 - le jardin des apothicaires va regrouper les plantes médicinales. Le  petit tour du jardin des Plantes nous fait découvrir quelques  arbres centenaires - le magnolia d'Hectot -, leur histoire, Ecorchard,  Jules Verne, l'arbre qui dégage des odeurs mais il faisait grève ce jour là…et les serres.

jardin des Plantes


Ecorchard

 
  visite-1--a-l-ouest--les-cours04503-a.jpg
     

Sans oublier les idées

généreuses d'un  mécène

de l'époque de Napoléon

qui a créé le premier

omnibus à cheval  à Nantes

et le premier réseau de

véhicules en commun

à Paris:

Stanislas Baudry.

 
 
 

180px-GI 632 - PARIS - L'avenue des Gobelins -détail-

 
 

BAUDRY Stanislas (1780-1830)

En février 1830, Stanislas Baudry se tire une balle dans la tête avant de basculer dans le canal Saint-Martin. Le drame a lieu quai de Jemmapes, devant les écuries de l’Entreprise Générale de l’Omnibus, compagnie dont il est le directeur. Triste fin pour l’inventeur du premier réseau urbain de transports en commun...

Créateur des omnibus

Stanislas Baudry est né en Loire Atlantique en 1780. Il entame des études de médecine qu’il délaisse bientôt pour s’engager dans l’armée. Pendant la Restauration, alors qu’il se retrouve colonel en demi solde à Nantes, il achète une minoterie dans le quartier de Richebourg. Il y utilise la première machine à vapeur de la région. Cette machine produisant un grand volume d’eau chaude, il a l’idée d’ouvrir un établissement de bains tout à côté. Malheureusement, ces bains ne rencontrent pas le succès escompté. Serait-ce dû à l’éloignement du centre ville ? Qu’à cela ne tienne, Baudry crée le 10 août 1826 un service de voitures publiques reliant le centre de Nantes à Richebourg. Ces voitures prennent très rapidement le nom d’omnibus (cf. encadré). Permettant le transport de seize passagers, elles sont toujours pleines mais les bains, eux, demeurent désespérément vides. Il ne faudra pas longtemps à Baudry pour changer son fusil d’épaule : il ferme minoteries et bains pour se consacrer tout entier aux transports en commun. Le 30 janvier 1828, le préfet de police Debelleyme donne l’autorisation à Baudry d’ouvrir plusieurs lignes d’omnibus à Paris. L’autorisation avait été sollicitée quelques mois plus tôt mais systématiquement rejetée par les prédécesseurs de Debelleyme car l’on craignait que les lourdes voitures (tirées par trois chevaux de front) n’encombrent les rues étroites - prè-haussmanniennes - de la capitale.

 

Le 11 avril 1828, l’Entreprise Générale de l’Omnibus de Baudry met en service dix lignes à travers Paris, bientôt imitée par d’autres compagnies telles que les Dames Blanches, les Favorites ou les Citadines... Le succès est immédiat pour d’évidentes raisons économiques, le prix de la course étant fixé à 25c quel que soit la longueur du trajet. Si les classes aisées aiment à s’encanailler en prenant l’omnibus, ce moyen de transports reste d’abord destiné aux classes laborieuses comme l’a bien précisé Baudry dans sa demande de concession. L’omnibus fera bientôt des émules à travers le monde, en commençant par Londres et New York.

Malheureusement, victime de la concurrence (en 1830, 10 compagnies administrent 40 lignes à Paris), d’une gestion pas toujours heureuse de son capital et du terrible hiver 1829 qui fait grimper le prix du fourrage et tue les chevaux par centaines, Baudry se retrouve brutalement ruiné. Quelques jours avant de se suicider, il rédige son testament, destiné à être lu à ses associés : « ... une fatalité épouvantable s’est attachée à cette malheureuse affaire, et j’ai le chagrin, l’indicible tourment après m’être ruiné d’avoir compromis la fortune de plusieurs de mes amis. Je leur en demande pardon, mille fois pardon et je les prie même de croire que je ne pensais jamais faire une chose hasardeuse... »

Sa pierre tombale, où figurent ces quelques mots « Stanislas Baudry, inventeur de l’omnibus en 1827 », conformément aux dernières volontés du défunt, se trouve dans la 37e division.

 

 

Le Lycée Clémenceau :visite-1--a-l-ouest--les-cours_0072.jpg

 

Jusqu'en 1792 l'enseignement secondaire à Nantes est représenté par le collège des Oratoriens. Après sa fermeture, il est remplacé par un Institut national, hébergé dans l'hôtel d'Aulx. Puis en 1796, est créée l'Ecole centrale, qui occupe le couvent des Ursulines . Elle fonctionne de juin 1796 à juin 1803, l'institution des lycées amenant sa fermeture.                                                            

Quelques bons élèves: Cadou, Aristide Briand, Clémenceau, Julien Gracq, Jules Verne,  Paul Chabas,

 

le Musée  des Beaux Arts :


visite-1--a-l-ouest--les-cours_0070.jpg

 

et sa construction récente  dans une belle architecture  de l'Ancien temps.

 


La rue Gambetta, la caserne Gambetta 

       
 

visite-1--a-l-ouest--les-cours_0066.jpg

 
   

L'ex couvent des Visitandines  (ex Visitation)... sans oublier les échanges de locaux  entre ordres religieux. 

 
 

 

 

400px-Nantes aérien cours st pierre

 

La rue St Clément, la Place  du Maréchal Foch ou Place  Louis XVI,

n'ont plus  de secret pour notre conférencier  mais pas pour nous...

Il faudra quand même revoir un peu nos cours d'Histoire de France,

de la Bretagne et celle de Nantes...Il y  a du boulot!!!...

 

le Cours  St Pierre               
cours st Pierre 2

place st PAnciens terrains vagues situés hors des murs d’enceinte de Nantes, Les cours Saint-Pierre et Saint-André sont des promenades publique situé à l’est du centre historique, et furent la première promenade publique de la ville.

Les deux cours, Saint-Pierre au sud et Saint-André au nord, sont construits en enfilade et en surplomb, séparés entre eux par la place du Maréchal-Foch. Ils dessinent une vaste perspective plantée d’arbres entre l’Erdre et le Loire.

* Au sud : on y accède depuis la “Place de la Duchesse Anne” par un escalier qui fut agrémenté en 1897, d’un monument aux morts dédié aux enfants du département tombés lors le Guerre de 1870.
* Au nord : le cours se termine par un parapet. Sur le mur situé en contre-bas de celui-ci, un autre monument aux morts dédié aux victimes de la Première Guerre mondiale à érigé sous la forme d’une liste de noms des 5 832 soldats nantais gravé sur des plaque de marbres.NantesLouisXVI1 WEB
* À l’est : les cours sont longés par les rues “Henri IV” (cours Saint-Pierre) et “Sully” (cours Saint-André) auxquelles ont accède par des escaliers.
* À l’ouest : le cours Saint-Pierre est bordé par la Porte Saint-Pierre, la Cathédrale, le Manoir de la Psalette et les murs des propriétés avoisinantes. Les vestiges des enceintes gallo-romaine et médiévale de la ville sont également visibles sur cette partie de la promenade. Le cours Saint-André est lui bordé par la “rue Tournefort” auquelle on accède là aussi par des escaliers.

Au début du XXème siècle, les cours sont encore un lieu de promenade très fréquenté. Le cours Saint-Pierre et le cours Saint-André sont à l’époque équipés de plusieurs rangées de bancs doubles
  400px-Nantes aérien cours st pierre


visite-1--a-l-ouest--les-cours04516.jpget la découverte de la  ravissante demeure de François de Rugy nous ont permis de nous préparer à l'excellent déjeuner.visite-1--a-l-ouest--les-cours04514.jpg












Au moment du déjeuner, Eric de Chailllé a présenté ses souhaits pour  Passion'Nantes et a commenté la matinée : excellent programme, beau temps,  guide intéressant, groupe riche et agréable.





Vivement la prochaine découverte: le mardi 12 mai 2009.

 


 
Published by Passion'Nantes - dans Rapports - Comptes rendus

Agenda des prochaines visites

mardi 07 mar 2017: Pornic

jeudi 11 mai 2017 : Saumur Cadre Noir

jeudi 08 juin 2017 : Lohéac musée automobile

mardi 10 oct 2017:  Les Pépinières de l'Erdre

mardi 14 nov 2017: L'opération Chariot (St Nazaire)

 

 

 

Visites : réponse aux invitations