21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 10:30

Les visites PASSION’NANTES  

Mardi 19 mars 2013

« Le Canal de la Martinière »

V30 Canal de la Martiniere 2332-1

Nous traversons la Loire grâce au Bac d’Indre sur lequel Laurent Lavigne, guide du Centre Culturel Maritime de Nantes, nous rappelle que l’origine de la DCNS remonte aux arsenaux royaux. À l'origine, fonderie de canons, construite en 1777 sur décision de Sartine, elle devient manufacture royale de canons en 1781, puis de machines à vapeur pour la Marine en 1828.

V30 Canal de la Martiniere 2338-1V30 Canal de la Martiniere 2342-1

Dans le cadre de la politique de dissuasion nucléaire, Indret se consacre dès les années 1960 à la propulsion nucléaire, pour fournir les sous-marins à propulsion nucléaire ainsi que le porte-avions Charles de Gaulle.

Le site de Nantes-Indret est spécialisé dans la conception et l'intégration des réacteurs nucléaires des sous-marins et bâtiments de surface.

Nous sommes accueillis par les bénévoles de l'ACCAM (Association Culturelle du Canal Maritime) créée en 1987, à l'initiative de l'Union des Syndicats des Marais du Sud Loire, qui a la charge de sauvegarder et mettre en valeur les installations du Canal . Ils nous présentent une vidéo retraçant l’histoire de la construction du Canal , ainsi que la machinerie qui servait à faire fonctionner les écluses. 

V30 Canal de la Martiniere 2346-1

La première fonction du Canal de la Martinière fut la navigation. L'objectif du canal était de permettre aux navires de l'époque, d'éviter le segment de Loire entre Le Pellerin et Paimboeuf où la navigation était rendue difficile par la mobilité des hauts-fonds. Les dragages en Loire ne suffisant plus à obtenir un tirant d'eau suffisant, la Chambre de Commerce de Nantes prend en charge le dossier d'amélioration de la Loire maritime. Les enjeux économiques sont de taille. D'autant plus que Nantes connaît à partir de 1866, une conjoncture plus difficile due au déclin du raffinage du sucre, de la construction navale et de la métallurgie. Devant l'urgence de la situation ne subsiste qu'un objectif: obtenir une voie navigable profonde de 6m de tirant d'eau (il est, en Loire, de 3m en haute mer de vives eaux, dans le chenal rendu difficile par les bancs de sable).

Canal Martinière

Les travaux prévus pour six ans durent en réalité dix ans, à la suite de difficultés techniques, humaines et financières. Ils commencent en juin 1882 et s'achèvent en septembre 1892. Estimé à 20 millions de francs (payés par l'État), ce canal aura finalement coûté près de 26 millions de francs.

Ouvert à la circulation le premier septembre 1892, son inauguration a lieu le 23 juillet 1893 et la visite du président de la République en l897.  Le mouvement des navires de mer fréquentant le port de Nantes double entre 1890 et 1901.

Au début du siècle, les nouveaux cargos des Chargeurs réunis, lancés récemment à Nantes ont, une fois chargés, un tirant d'eau de 7m à 7m50. Modifier la profondeur du canal pour accepter ces cargos ne pouvait être obtenu par simple dragage.  A partir de 1908, la Loire supplante le canal en nombre de navires et en tonnage. Le dernier navire passa sur le canal en juin 1913. 

V30 Canal de la Martiniere 2361-1

A défaut de continuer à servir les intérêts de Nantes, le canal sert désormais les intérêts du Pays de Retz. L'hydraulique prend en effet, dans les années 1950, le pas sur la navigation. L'irrigation des prairies de Buzay, Vue, et de la vallée du Tenu, est commandée par la triple écluse des Champs Neufs. Toute la région et le marais breton-vendéen puisent largement dans la nappe phréatique des calcaires éocènes de Machecoul. Les besoins sont alors énormes et il faut faire aussi appel à l'eau de la Loire. C'est pourquoi, vers 1950, Jean de Grandmaison rassemble les différents syndicats en une "Union des syndicats des prés-marais de la baie de Bourgneuf". Ceci permet le prolongement du canal de Buzay, la construction d'écluses et de vannages ainsi qu'une station de pompage. La difficulté de gestion des vannages et écluses réside dans le stockage de l'eau douce qui doit être effectué rapidement du fait des fluctuations du front de salinité en Loire.  L'hydraulique du bassin de Grand-Lieu et des marais de Buzay est également dépendante de la gestion du canal de la Martinière

V30 Canal de la Martiniere 2344-3

Notre périple se poursuit par la route qui longe les marais; notre guide évoque l’oeuvre immense réalisée au moyen âge, pour l'aménagement par les moines cisterciens de l’Abbaye de Buzay dont le seul vestige est la Tour carrée qui domine encore le paysage. Elle fut fondée en 1135 par Conan III, Duc de Bretagne.

Rouans Abbaye Buzay

 

Nous reprenons le Bac pour déjeuner au restaurant le Jean Bart sur le quai du même nom.

Eric de Chaillé demande à Alain Vibert, nouvel adhérent  de se présenter, et annonce que le deuxième adhérent du jour, Paul Richard  est absent pour cause de jambe cassée.

Les convives ayant visiblement apprécié le repas, se séparent joyeusement

Published by Passion'Nantes - dans Rapports - Comptes rendus

Agenda des prochaines visites

mardi 07 mar 2017: Pornic

jeudi 11 mai 2017 : Saumur Cadre Noir

jeudi 08 juin 2017 : Lohéac musée automobile

mardi 10 oct 2017:  Les Pépinières de l'Erdre

mardi 14 nov 2017: L'opération Chariot (St Nazaire)

 

 

 

Visites : réponse aux invitations