14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 09:45

Les visites PASSION’NANTES

Lundi 9 décembre 2013

« Jules Verne »

*****************

Pour évoquer Jules Verne, nous avons choisi un des meilleurs connaisseurs de son œuvre : Jean-Yves Paumier, Chancelier de l’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire. 

Le conférencier Pommier

      Trop nombreux pour les salles du Musée, nous nous sommes séparés en deux groupes. Le premier se retrouve dans le petit square qui domine le port de Nantes, près des statues de bronze réalisées par Elisabeth Cibot en 2005 : Jules Verne enfant et le capitaine Némo.

P N Jules Verne 11186 019

 

V35 Jules Verne 3593

Romancier parmi les plus imaginatifs et les plus populaires, Jules Verne est l'écrivain français le plus lu et traduit au monde. 

P N Jules Verne 11181 016

Nous pénétrons ensuite dans le Musée Jules Verne, belle maison du XIXème surplombant la Loire. Si l’écrivain n’a pas habité ces lieux, il a assidûment fréquenté ce coteau de Loire où la maison de campagne de la famille Verne existe toujours,16 rue Eugène Leroux, face à l’église St Martin.

00001908  

Le vieillard à barbe blanche passé à la postérité tel que l’a représenté Wertheimer, “avec un visage qui rappelle celui de Victor Hugo”, nous accueille aux côtés de sa femme Honorine de Viane portraiturée par De Coninck. 

P N Jules Verne 11203 035 

Les sièges et la pendule provenant de son salon, la vaisselle, offerts à la Ville de Nantes par ses descendants évoquent le décor – “la pièce d’un homme aisé et qui a des loisirs, mais sans ostentation” - où furent reçus les journalistes venus d’Amérique, d’Angleterre, d’Italie, d’Allemagne ou plus simplement de France pour s’entretenir avec le déjà très célèbre romancier.

Auprès d’un père féru de littérature et curieux de science, et d’une mère à l’imagination débordante – “l’imagination Allotte ! Il n’y a pas de locomotive Crampton, d’étincelle électrique qui puisse lutter de vitesse avec elle !”, écrira-t-il à vingt ans – les dispositions artistiques du jeune homme s’épanouissent dans un environnement propice au rêve : “dès l’âge de douze ou quatorze ans, j’avais toujours un crayon sur moi et du temps où j’allais à l’école, je n’arrêtais pas d’écrire, travaillant surtout la poésie”.

P N Jules Verne 11205 037

Sous les fenêtres de la famille Verne se déploie l’activité portuaire. A Chantenay, il robinsonne d’île en île de Loire, et ne manque pas une occasion de visiter les arsenaux de la marine à Indret, fasciné par le fonctionnement des machines. Toutes les composantes du rêve sont en place. Les premiers souvenirs transmis intacts à l’adulte par un enfant rêveur sont bien le creuset de l’œuvre à venir.

P N Jules Verne 11210 042 

Première expression de ce “long désir du monde” dont a si bien parlé Michel Butor pour caractériser l’œuvre de Jules Verne, la mer et la navigation resteront cet horizon inaccessible et toujours poursuivi, appel enivrant de l’aventure plus fort que la réalité même, espace onirique, lieu idéal de merveilleux mondes imaginaires. S’il n’avait pas été l’heureux propriétaire de trois bateaux successifs, jusqu’au Saint-Michel III, “charmant yacht à vapeur, long de trente-trois mètres” acheté 55.000 francs or à Nantes en 1877 sur un coup de cœur, Jules Verne serait-il devenu le romancier des sept mers qui décrit des voyages maritimes dans plus de la moitié des Voyages extraordinaires et dans quatre d’entre eux – Vingt mille lieues sous les mers, Les Enfants du capitaine Grant, Le Tour du monde en quatre-vingts jours et Mirifiques aventures de maître Antifer – en fait le principal vecteur d’un tour du monde ?

P N Jules Verne 11212 044

Lorsque Jules Verne part poursuivre ses études à Paris en 1847, les jeux sont faits : “La littérature avant tout, puisque là seulement je puis réussir, puisque mon esprit est invariablement fixé sur ce point !” Inébranlable dans sa détermination même quand il semble y renoncer pour une charge d’agent de change et un mariage de convenance, soutenu par des parents inquiets mais compréhensifs, il mettra quinze ans à trouver sa voie, alliant formes littéraires conventionnelles et recherche de “systèmes nouveaux” dans une stratégie d’écriture dont il ne se départira plus.

P N Jules Verne 11207 039

En 1862 il propose à l’éditeur Pierre-Jules Hertzel, que son engagement dans les événements de 1848 avait contraint à l’exil et qui venait tout juste de rentrer à Paris, le récit d’Un voyage dans les airs. Publié l’année suivante sous le titre de Cinq semaines en ballon, le roman connaît un succès immédiat, et lance la série des Voyages extraordinaires, à laquelle Jules Verne lié à la maison Hertzel par cinq contrats successifs va consacrer le reste de sa vie.

P N Jules Verne 11206 038

 Cette relation entre l’auteur et son éditeur, «probablement sans autre exemple dans la littérature française”, est toujours abondamment commentée. Certes Hertzel est continûment intervenu dans le processus rédactionnel, corrigeant le style, donnant son avis sur l’intrigue et les personnages, refusant des situations qui seraient venues à l’encontre de son programme idéologique ou de ses intérêts commerciaux. Mais entre eux c’est en fait un véritable rapport dialectique qui s’instaure. Le talent de Jules Verne, qui résista d’ailleurs à bien des demandes, est stimulé par les “colères au crayon” de son éditeur. Celui-ci, en assumant les charges de la maison d’édition et le travail commercial, assure en outre à l’auteur les conditions d’un travail régulier et continu, c’est-à-dire d’une création sereine en lui permettant de vivre de sa plume. Sa politique commerciale avisée, son sens remarquable du marketing contribuent largement au succès de l’auteur. Affiches et cartonnages d’Etrennes constituent en effet de formidables outils promotionnels. On lui est enfin redevable des illustrations qui accompagnent les romans et en renforcent si bien la force d’évocation : fonctionnant comme autant de fenêtres directement ouvertes sur le rêve, elles en sont devenues le complément indispensable.

      00018312 

Sur et sous la terre, sur et sous les mers, dans l’air et à travers l’espace, va ainsi peu à peu s’élaborer l’encyclopédie romanesque des “mondes connus et inconnus” que constituent Les Voyages extraordinaires. Exact contemporain des grandes découvertes de la deuxième moitié du 19e siècle, Jules Verne effectue “un parcours systématique du globe”, que l’on peut suivre sur la surface usée de son globe terrestre.

 V35 Jules Verne 3603bis

Déplacement, aventure, connaissance et quête de soi-même sont les quatre sens de l’écriture vernienne. Exerçant son regard au moment où se dessinent les contours de notre monde actuel, où se mettent en place le village mondial et les problématiques qui y sont liées, il est un témoin essentiel qui nous aide à mieux comprendre ce que nous sommes devenus.

P N Jules Verne 11213 045 

 Pour mener à bien un tel projet Jules Verne s’est appuyé sur une sensibilité lyrique qui peut aller jusqu’à l’exaltation, aussi bien que sur un sens de l’humour pratiqué depuis l’enfance, qui résiste mal à l’esprit potache mais fait le plus souvent mouche, et sur l’habileté de l’auteur dramatique qu’il est toujours resté. Le fantastique, d’autant plus fort qu’il est contenu par le souci de vraisemblance, est toujours sous-jacent et omniprésent. Il surgit de la description des machines extraordinaires imaginées par Jules Verne pour servir de véhicules à ses voyages : chambre des machines “nettement éclairée” du Nautilus, grand vaisseau “en papier de paille, devenu métal sous la pression” de l’Albatros. Un grand souffle tellurique traverse l’œuvre, en s’appuyant en permanence sur les quatre éléments – air, eau, feu et terre – et les mythes fondateurs qui y sont liés. 

 P N Jules Verne 11214 046

Publié en feuilleton dans le journal Le temps en 1872, Le tour du monde en quatre-vingts jours fut le best-seller de Jules Verne. A la première édition vendue à 108.000 exemplaires succédèrent éditions illustrées, rééditions, traductions, adaptations cinématographiques et télévisées, dessins animés… La première de ces adaptations fut l’œuvre de Jules Verne lui-même, qui, renouant avec sa première vocation, transforma le roman en pièce de théâtre à grand spectacle en collaboration avec Adolphe Dennery. Les représentations triomphales qui remplirent le théâtre de la Porte Saint-Martin, puis celui du Châtelet, augmentèrent la célébrité de Jules Verne et lui apportèrent l’aisance financière. Les nombreux “produits dérivés” inspirés du roman et de la pièce (jeux de société, puzzles, plaques de lanterne magique …) témoignent aussi de ce succès, et ne sont que le début d’une longue série qui se poursuit toujours.

 L’expérience sera renouvelée, avec le même succès, pour Michel Strogoff et Les enfants du capitaine Grant.

 

V35 Jules Verne 3608

      Les deux groupes se retrouvent pour déjeuner ensemble au « Bistrot de Mr. Jules ». Eric de Chaillé accueille un nouvel adhérent Michel de Sagazan qui prend la parole pour se présenter.

M de Sagazan  

 Eric annonce que la prochaine visite se déroulera le 7 janvier 2014 sur l’Ile de Nantes, et que l’assemblée générale de l’association se tiendra au cours de la journée du 11 février après la visite du Conseil Régional. 

P N Jules Verne 11202 034

 

Annexe : Email de  Jean Yves Paumier adressé à  Passion'Nantes

 

Published by Passion'Nantes - dans Rapports - Comptes rendus

Agenda des prochaines visites

mardi 07 mar 2017: Pornic

jeudi 11 mai 2017 : Saumur Cadre Noir

jeudi 08 juin 2017 : Lohéac musée automobile

mardi 10 oct 2017:  Les Pépinières de l'Erdre

mardi 14 nov 2017: L'opération Chariot (St Nazaire)

 

 

 

Visites : réponse aux invitations