14 novembre 2017 2 14 /11 /novembre /2017 12:00

Visite PASSION’NANTES

Mardi 10 octobre 2017

Les Pépinières du Val d’Erdre

Plus de 100 membres de Passion’Nantes et leurs épouses avaient rejoint les Pépinières du Val d’Erdre à Saint Mars du désert.

 

Pendant un sympathique accueil autour d’un café brioche, JM Auray nous présente

rapidement son entreprise :

Crée en 1977 elle occupe aujourd’hui 130ha, dont 70 ha sur le site de Saint Marc du Désert, anciennes exploitations agricoles familiales.

 

Le CA est de 6M€ et il y a 40 emplois en CDI ainsi qu’un certain nombre d’autres emplois divers (stagiaires, apprentis, découverte etc..)

Quant au stock il est de 3M€

 

JM Auray est très engagé auprès de son syndicat professionnel et très présent auprès des écoles.

 

Cinq groupes, guidés chacun par un responsable,  partent à la découverte des massifs et des serres où des minis ateliers ont été préparés, chacun correspondant à une activité forte de cet établissement :

  • Les rempotages manuels et mécaniques,
  • La taille
  • La multiplication
  • L’arrachage

Une documentation ayant été remise à chacun, le rédacteur (qui en a oublié son latin…) ne s’attardera à décrire ici toutes les plantes et fleurs croisées.

Et suite à l’enquête conduite avant la visite un petit manuel de questions réponses fort utile pourra tranquillement être consulté.

 

Au grès des allées nous apprenons que les Pépinière de l’Erdre ont une grande  expertise des camélias/magnolias, avec plus de 600 espèces cultivées.

Culture qui, nous rappelle JM Auray n’a pas été simple quand cette plante a été introduite en France au XVIIème, demandant à l’époque plus de 60 ans de recherche et d’essais !

 

Nous apprenons, et vérifions également que l’entreprise s’engage résolument sur toutes les nouvelles législations qui entrent régulièrement en place, et qui pour beaucoup d’entre nous apparaissent comme d’insupportables contraintes.

 

Proches de la nature, ses dirigeants ont bien compris qu’on ne pouvait plus continuer à traiter celle-ci à coup d’herbicides, insecticides, gaspillage de l’eau, rejets atmosphériques etc..

Ainsi tout au long de la visite, par petits clins d’œil, notre guide nous montre ce qui est mis en place :

 

Là ce qui pourrait nous apparaître comme un désordre est un massif dédié aux petits insectes, plus loin il nous explique que tous les ans on procède à un lâcher de larves de coccinelles.

 

Les nombreux étangs -5ha de la propriété, sont judicieusement positionnés pour permettre la captation des eaux de pluie, et surtout récupérer tous les rejets des arrosages (80% de l’eau d’aspersion est récupérée)

Une zone de filtration naturelle de l’eau, au travers de plantes aquatiques permet de  traiter ces eaux qui sont ensuite repompées pour les arrosages.

Un pompage de nappes souterraines est néanmoins nécessaire, surtout lors des étés comme ce dernier.

En passant il nous explique qu’à une époque il y avait tant de traitement herbicides que les eaux d’arrosages en étaient polluées ce qui avait provoqué la destruction de quantité de plantes en pots.

 

Et puisqu’on parle de pots ici il y a 1 million de plantes en pot !, avec une rotation de 600 000 pots vendus chaque année.

 

L’arrosage est de plus en plus maitrisé grâce au goute à goute.

Mais on apprend que certaines techniques de reproduction et de surveillance (hygrométrie, température) sont si pointues et nécessitent une telle surveillance que maintenant elles sont confiées à des agriculteurs qui en font leur métier de niche.

 

Là on nous explique qu’avec la loi sur l’eau il n’est maintenant quasiment plus possible de créer des retenues car la législation impose de constituer deux surfaces de zones humides pour une d’étang.

Sur ce point la direction trouve cette loi particulièrement contraignante.

 

La lutte contre les maladies est un véritable défit. Beaucoup de parasites nous arrivent de plants importés : des paysagistes achètent trop souvent des plantes à l’étranger et la traçabilité n’est pas bien contrôlée.

 

Coté environnement les Pépinières sont labellisées Plantes Bleues.

Elles s’inscrivent dans la démarche de la réduction, voire suppression des herbicides ; Ainsi pour le glyphosate, de 500l/an la consommation est tombée à 30l/an  et leur suppression est un objectif.

Mais le produit de substitution (naturel) n’est pas encore trouvé.

Alors : à vos grattoirs

 

Par contre cela se traduit par 4000h/an de grattage manuel au lieu de 1000h/an soit 2 personnes à plein temps.

 

Le brulage a aussi été supprimé, remplacé par le broyage (pour un coût de 50K€/an)

 

Un peu plus loin nous assistons à un rempotage mécanique : une plante élevée en peine terre est transférée dans un grand pot, avant sa livraison La machine (Italienne d’une valeur de 35 000€) gère tout le processus.

 

Plus loin nous assistons à des rempotages manuels ou automatisés, chaque année les plantes élevées sur place passant à des pots de plus en plus grands (1,5l puis 3l, puis 7l puis 15l, puis 30 l, etc..)

 

Le garnissage de ces pots se fait avec des terreaux spécifiques (5 ou 6 types selon la nature de la plante)

 

Un peu plus loin, atelier de taille, puis greffe

Mais la greffe devenant une spécialité très pointue, les Pépinière envoient de plus en plus leurs chutes de tailles chez un agriculteur dont la greffe est devenue le métier.

 

Tout au long de nos pas nous rencontrons des jeunes, garçon ou filles, passionnés par ce métier, qui dégagent une ardeur au travail encourageante pour l’avenir, et font montre d’un professionnalisme affirmé.

 

Cette intéressante visite nous permet à tous de mieux appréhender ce métier dont on ne connaît que la vision aval au travers des grandes surfaces de distribution.

Ici c’est « l’élevage » et la production. Et encore ! puisqu’on a vu que des taches très en amont sont traitées par d’autres.

Et on comprend aussi mieux pourquoi les prix de ventes des arbres, arbustes et fleurs ne sont pas toujours à la baisse.

 

A l’issue de ce parcours le groupe rejoint Petit Marc où un somptueux déjeuner nous attend, à des tables où du personnel des Pépinières nous rejoint pour poursuivre le débat

 et présenter les 2 nouveaux membres, Nicolas Flavigny et Guillaume Gaschignard.

Published by Passion'Nantes

Agenda des prochaines visites

mardi 10 oct 2017:  Les Pépinières de l'Erdre

mardi 14 nov 2017: L'opération Chariot (St Nazaire)

mardi 12 déc  Le  Parlement de  Rennes

 

 

 

Visites : réponse aux invitations